stupeur

Auteur : Amélie Nothomb
Année : 1999


Quatrième de couverture:
Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie sociale au pays du Soleil levant.
D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante de toilettes, celui de l'humiliation dernière. Une course absurde vers l'abîme - image de la vie -, où l'humour percutant d'Amélie Nothomb fait mouche à chaque ligne.
Entre rire et l'angoisse, cette satire des nouveaux despotismes aux échos kafkaïens a conquis un immense public et valu à l'auteur d'Hygiène de l'assassin le Grand Prix du roman de l'Académie française en 1999.

Mon avis :
En règle générale, je ne lis pas de livre pour lequel j'ai déjà vu une adaptation ciné/télé. J'ai fait une exception avec celui-ci, je ne saurais dire pourquoi. Peut-être parce qu'il est court et écrit gros ? Mystère. Toujours est-il qu'à présent j'ai de nouveau envie de revoir l'adaptation.

Ce livre fait parti des récits autobiographiques de l'auteur qui nous raconte son parcours dans une société japonaise. En tant que Blanche, occidentale, elle a du mal à se faire accepter, surtout, et c'est ce qui déclenchera tout le reste, par sa supérieure directe Fubuki Mori. En tant que femme de 30 ans non mariée, cette dernière a beaucoup galéré pour arriver là où elle en est et ne tolèrerait pas qu'une autre femme, occidentale de surcroit, évoluerait plus vite.
Bien que l'histoire en elle-même n'est pas joyeuse, Amélie Nothomb utilise son synisme et son humour noir, ce qui rend ce livre limite comique.
De plus, chacun peut se retrouver dans le personnage principal. Ici on parle des sociétés japonaises, mais si on regarde à plus petite échelle, on se rend compte qu'il s'agit de situations que l'on cottoie plus ou moins chaque jour. Le rejet des autres malgré tous les efforts que l'on peut accomplir pour se faire accepter.

00870894_photo_stupeur_et_tremblements

coverConcernant l'adaptation cinématographique de ce roman, on peut dire qu'elle est on ne peut plus fidèle au livre.

Certains passages sont même cités mot pour mot. On retrouve Sylvie Testud dans le rôle d'Amélie. J'aime beaucoup ce film si ce n'est le côté "j'ai l'air toujours à côté de mes pompes" de l'actrice. C'est le rôle qui le veut, mais en lisant, je ne me l'imaginais pas autant.

Ce film est sorti en 2002.

p4

2083521020

Autres livres de cet auteur sur mon blog:
3385662034605100_p37434891_p