nouvelles

4etoiles
Auteur :
Denis Labayle
Année :
2013
Langue :
Français
Éditeur : éditions Dialogues

 

 

 

Quatrième de couverture :

Écrivain, Denis Labayle, n'oublie pas son passé de médecin hospitalier.
Au fil des nouvelles écrites dans une langue simple et pure, apparaissent les deux principaux personnages de son théâtre, le médecin et le malade, jouets du plus grand metteur en scène : la maladie. Ses personnages sont tendres, sensuels, drôles ou cruels.
Avec sa merveilleuse capacité à décrire la vie, Denis Labayle nous bouleverse dans "Le mensonge amoureux", nous scandalise avec "L'inquiétant monsieur Kervert", nous fait rire avec "Le ventre de Célestine", nous émeut en évoquant le désarroi de Jean Lentour dans "Bistrot"...
Ses récits, aussi captivants qu'inattendus, nous font découvrir que la médecine, exercée avec humanité, est plus qu'une vocation ou un sacerdoce, c'est une seconde peau.
Un livre fou comme la vie

Avis :
Lorsque l'on va chez le médecin, on y attend un remède, une solution mais aussi un soutien moral, de la compassion. Une fois sorti de chez le docteur, chacun repart à sa vie, quelle qu'elle soit, et pense à autre chose. Mais... et le docteur dans tout ça ? Pour lui, une consultation qui se termine en est une autre qui commence. C'est son quotidien. Un médecin est une personne qui reçoit les histoires des autres pour y trouver des solutions tout en se devant de garder une distance certaine. Mais parfois cela est impossible, ne serait-ce que pour les patients réguliers.

Ces dix nouvelles retracent dix histoires où le médecin s'est impliqué dans la vie de ses patients. Fins heureuses ou malheureuses, je les ai toutes trouvées pleines de vies alors que la plupart annonçait la mort. Cela est certainement dû à leur enchaînement. La première, Le mensonge amoureux, est la plus dure à mon sens. Celles qui suivent n'en sont que plus légères et plus supportables malgré leur contenu.

Ces dix nouvelles me font porter un regard différent sur les médecins. Je me disais avant qu'ils pourraient mettre un peu plus d'émotions lorsque l'on va les voir pour des maux plus ou moins importants. Mais j'ai compris qu'ils ne peuvent pas... pour leur survie à eux. Ils m'ont alors paru très sympathiques.

Il est vrai qu'on ne dit jamais merci à son docteur, même si c'est pour avoir prescrit un traitement contre une simple bronchite...

 

Voici donc dix nouvelles que je recommande. Elles sont courtes et, malgré le contenu dur de certaines, permettent de mieux comprendre le côté côté supposé froid du milieu hospitalier.

 

Merci beaucoup à Laure-Anne des éditions Dialogues pour ce livre.