Couverture

3etoiles

Auteur : Angie Le Gac
Année : 2018
Langue : Français
Éditeur : Auto-édition



 

 

 

 

Quatrième de couverture :

Elena est jeune. Elena est belle. Elena est malade. Parfois, elle a envie de mourir… Mais la plupart du temps elle veut vivre haut et fort, de plus en plus vite, comme sur un immense manège de fête foraine.

Entre ses séjours en clinique et sa vie professionnelle, elle essaie de se construire jour après jour et de trouver sa propre voie vers le bonheur.

Aidée de Simon, son homme-talisman, elle tutoie les anges. Mais la vie en a décidé autrement. Il lui faudra énormément de courage pour surmonter les épreuves qui émaillent son parcours et retrouver peut-être le chemin de la félicité.

Entre romance et drame, découvrez l’histoire d’Elena.

 

Avis :

Comme vous l'avez peut-être remarqué, j'ai ajouté un logo dans le menu de droite, celui du Prix des Auteurs Inconnus. En effet, je fais partie du jury de ce prix pour les catégories « imaginaire » et « littérature blanche » de l'édition 2018.

À la suite d’un vote de présélections, cinq romans sont encore en lice pour prétendre au prix dans la catégorie « littérature blanche ». Voici le premier que j'ai lu. Je me souviens qu’il m’avait fait bonne impression lors des présélections.

 

Il arrive parfois qu'une histoire inattendue se cache derrière une couverture. C'est le cas de ce livre qui m'a transportée dans un univers que je ne connaissais pas. Durant les quelques jours qu'a duré ma lecture, j'ai vécu avec Elena, j'ai souffert avec elle. En parlant de couvertures, je souligne la beauté de celle-ci que je trouve poétique. On dirait que l'on regarde la jeune fille à travers une vitre de voiture et qu'on s'éloigne.

J'ai trouvé la façon de montrer le temps qui passe très originale : le bilan de début d'année sur plusieurs années consécutives. Ça permet de planter le décor, d'avoir une profondeur dans l'histoire sans pour autant s'encombrer de détails et de pages qui ne serviraient qu'à ça.

Ce livre traite d'une maladie invisible physiquement mais très puissante psychologiquement, tant pour le malade que pour ses proches.

Il parle aussi des services sociaux du Royaume-Uni... et là... j'avoue avoir découvert un pan de ce pays que je ne connaissais pas, et qui ne donne pas du tout envie d'aller y accoucher. Oh. My. God. 

Le point que je reproche à ce livre est qu'il est focalisé sur Elena. On survole les péripéties qui arrivent à Simon, comme si cela n'avait pas d'importance. Et pourtant... Même remarque pour sa mère Anna qui vient lorsqu'on a besoin d'elle et qui repart dès que tout va mieux. Comme c'est à sa fille qu'arrivent ces histoires et qu'elle est toujours là pour elle, on est à même de penser qu'elle est affectée par tout ce qui lui arrive, mais si on s'en tient à ce qui est noté dans le livre, ce n'est pas le cas. Elle est là, elle vient, elle part, elle revient, elle repart. 

L'histoire est écrite à la troisième personne, ce qui est une bonne chose compte tenu de la maladie d'Elena ; ses épisodes psychotiques n'auraient peut-être pas pu être transmis au lecteur s'ils avaient été écrits à la première personne.

La plume de l'auteur est très accessible, même si j'ai eu du mal avec certaines structures de phrases. 

Une Coccinelle dans le cœur est un roman qui m'a complètement happée et m'a fait découvrir différents sujets. J'aime apprendre des choses en lisant !

 

Et au sujet du Prix des Auteurs Inconnus :

oo Site internet : www.prixdesauteursinconnus.com
oo Twitter : @prixdesai

42568113_288047995256721_2057076068182917120_n