71n95I2NGDL__AA1500_

4etoiles
Auteur :
Emmanuèle Bernheim
Année :
2013
Langue :
Français
Éditeur : Gallimard

 

 

Quatrième de couverture :
«"Papa m'a demandé de l'aider à en finir."
Je me répète cette phrase, elle sonne bizarrement. Qu'est-ce qui ne colle pas? "Papa" et "en finir"?»

 

Avis :

J’ai beaucoup appréhendé la lecture de ce document. Je me suis dit : encore un livre sur un drame familial, encore un auteur qui raconte sa vie, encore des larmes et du pathos.

Et puis je me suis lancée, on ne sait jamais.

Emmanuèle Bernheim raconte ce qu’il s’est passé à partir du moment où son père a fait un AVC. Cet homme habituellement fort et à la pointe de tout ce qui touche à l’art, se retrouve enfermé dans un corps qui ne lui répond plus, ou si peu. Malgré les efforts et les améliorations, sa vie ne lui ressemble plus et ne lui convient plus.

Rien de pathétique (premier sens du terme) dans ce livre. Le sujet est dur, nous touche tous, mais pas de place aux larmoiements. L’auteure nous raconte toutes ses actions et ses pensées. Son secret, avec sa sœur et son père, sur ce que nous ne pouvons demander qu’à la famille tout en étant indécent. « Quand même, demander ça à sa fille… ». Mais à qui demander d’autre ?

Ce livre est empli d’espoir. Cela paraît difficile à imaginer. Cependant, lorsque nous sommes proches de la fin, qu’il n’y a plus de rémission possible et que des inconnus doivent changer nos couches, la possibilité d’en finir le plus dignement possible devient le plus fort des espoirs.

Pour résumer, ce livre traite d’un sujet dur, d’un sujet tabou, d’une pratique interdite en France. Cela peut soulever quelques questions sur l’euthanasie : la vie humaine est importante. Certes. Mais maintenir en vie quelqu’un qui est condamné et qui ne souhaite pas finir en légume, n’est-ce pas un caprice de vivant et sain de corps ?

En tout cas, il s’agit d’un livre que je recommanderai, d’autant plus que la plume de son auteure est loin d’être désagréable.