1117968_gf


4etoiles
Auteur :
Laura Kasischke
Année :
2009 (2010 pour la France)
Langue :
Français
Éditeur :
Christian Bourgeois

332 pages
Titre original : In a Perfect World

Quatrième de couverture :

Jiselle, trentenaire et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote veuf et père de trois   enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement idyllique qu’elle accepte aussitôt, quittant les tracasseries de sa vie d’hôtesse de l’air pour celle, a priori plus apaisante, de femme au foyer. C’est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les États-Unis, lui donnant des allures de pays en état de guerre. Tandis que les événements s’accélèrent autour d’elle, l’existence de Jiselle prend un tour dramatique, l’obligeant à puiser dans ses ressources pour affronter cette situation inédite…

Avis :

Une crise planétaire bat son plein: la grippe de Phoenix, telle la peste, décime peu à peu l'humanité. Chaque pays reprochant à son voisin d'en être la source, petit à petit les échanges s'arrêtent et la vie devient plus compliquée.
Jiselle, hôtesse de l'air, se marie avec Mark, pilote, veuf, père de trois enfants et tombeur de ces dames. Je n'ai pas accroché tout de suite au personnage de Jiselle. Elle se marie avec un homme sans avoir rencontré les enfants au préalable sachant qu'elle allait devoir arrêter sa carrière pour aller vivre avec lesdits enfants... un garçon d'une dizaine d'années, mais surtout deux adolescentes. Jiselle parait écervelée, dans son monde de Bisounours. Mais ça, c'est au début de l'histoire. Lors d'un vol international, Mark et son équipage doivent rester en quarantaine en Allemagne. Une quarantaine qui s'éternise. Jiselle vit alors seule avec ses trois beaux-enfants et des voisins. Le climat est parfois tendu, surtout avec la jeune Sara. Cependant, avec les restrictions, les dangers qui surviennent, la maladie qui sévit, les personnages se rapprochent. Jiselle fait preuve de grand courage et de patience hors normes.
En ce qui concerne Mark, à l'inverse de Jiselle j'ai commencé par l'apprécier, puis mon avis s'est dégradé au fur et à mesure. A cause de son absence ? De son Dom Juanisme ? Je ne sais pas. Mais toujours est-il que tous les autres personnages le surpassent.
Sous un décors de fin du monde tout à fait crédible, en plus du courage et de la patience dont il faut faire preuve, une prise de conscience est nécessaire (restrictions, non gaspillage, self-control...).
A présent que j'ai terminé ce livre, j'essaie de lui trouver une suite, savoir ce qu'ils sont tous devenus, si le fléau s'est arrêté...

 

En tout cas il s'agit d'un livre que je recommande!

 

Lu dans le cadre du prix des lectrices ELLE 2011, catégorie Roman.

logoelle

 

51210704_p