1100814_gf
Auteur : Alexandre Jollien
Année : 2010

Quatrième de couverture :
Comment vivre plus librement la joie quand les passions nous tiennent ? Comment oser un peu de détachement sans éteindre un cœur ? Éprouvé dans sa chair, Alexandre Jollien tente ici de dessiner un art de vivre qui assume ce qui résiste à la volonté et à la raison. Le philosophe se met à nu pour ausculter la joie, l'insatisfaction, la jalousie, la fascination, l'amour ou la tristesse, bref ce qui est plus fort que nous, ce qui nous résiste... Convoquant Sénèque, Montaigne, Spinoza ou Nietzsche, il explore la difficulté de pratiquer la philosophie au cœur de l'affectivité. Loin des recettes et des certitudes, avec Houei-neng, patriarche du bouddhisme chinois, il découvre la fragile audace de se dénuder, de se dévêtir de soi. Dans l'épreuve comme dans la joie, il nous convie à renaître à chaque instant à l'écart des regrets et de nos attentes illusoires. Cette méditation inaugure un chemin pour puiser la joie au fond du fond, au plus intime de notre être.    

Mon avis :
Quand on est petit et qu'il y a une personne handicapée, les adultes n'arrêtent pas de nous dire "Attention il est fragile", "il ne peut pas faire ça car il est différent", "tu es différent"... or quand on est handicapé physiquement et que l'on a toute sa tête, on prend ces remarques au pied de la lettre: "Je suis différent". C'est ce qu'a vécu Alexandre Jollien, qui s'est rendu compte il y a peu de temps qu'il avait le même corps que les autres hommes. On ne se rend pas compte quand on dit tout ça, que cela fragilise encore plus la personne concernée. L'auteur s'est plongé dans les livres de philosophie afin de trouver un moyen d'ouverture d'esprit, de détachement de soi. Ce qui m'a fait sourire, c'est qu'il n'est pas si différent du commun des hommes dits "valides" en fait... dès qu'il trouve une nouvelle méthode, il l'essaie, mais n'obtenant pas les résultats escomptés tout de suite, il essaie d'autres méthodes (pour ma part c'est pour les méthodes de langue... certains c'est pour le régime...). Il se sous-estime beaucoup à cause de sa condition d'handicapé, mais ce qu'il ne réalise pas vraiment, c'est que pour un handicapé il est extrêmement bien intégré (il est maître de conférence, a une femme aimante et deux beaux enfants). Après c'est sûr, il a droit à son lot de condescendance dans la rue et les transports en commun... l'intelligence humaine...

Ce livre parle de tout cela, mais aussi de la recherche de la joie. Qu'est-ce que la joie ? Que sont les passions ? Le sujet est abordé de manière philosophique avec moult références de grands noms du genre (Spinoza, Sénèque...)
Il n'est pas destiné qu'aux personnes handicapées puisque chacun recherche la joie désespérément au cours de sa vie.

Lu dans le cadre du prix des lectrices ELLE 2011, catégorie Document.
logoelle