akikojourdegratitude

Auteur : Akiko ITOYAMA
Année : 2004 (2008 pour la traduction française)
Titre français : Oki de matsu

Quatrième de couverture:
Le Jour de la Gratitude au Travail réunit deux récits, mordants et drôles, sur le monde du travail, vu du côté féminin, au Japon. " Quel est votre but dans la vie ? " a-t-on demandé à Kyôko lors de son premier entretien d'embauche. " Vivre vieille ", a-t-elle répondu. Après avoir été virée pour avoir molesté son patron. la voilà qui accepte de rencontrer un homme infatué de lui-même et de la taille... de son entreprise. Dans le second récit, l'amitié qui unit la jeune Oikawa à son collègue de travail Futo est de nature assez spéciale. On a beau savoir que les liens qui se nouent au travail sont parfois très puissants, il est rare que le fantôme de votre collègue vous apparaisse, pris de hoquet, devant son appartement. Serait-ce parce qu'ils partagent un secret ? Ce secret que chacun de nous abrite, peut-être sans importance, mais que personne ne doit connaître. L'art d'Itoyama Akiko, c'est de savoir, dans le tableau d'ensemble, repérer le détail qui, soudain, bouleverse la perspective. Ses deux récits colorent la banale réalité du travail de la touche de l'imprévisible ; alors l'être humain révèle son excentricité cachée, et la lutte pour le pain quotidien, son ironique vacuité.    


Mon avis :

Ce livre comporte deux nouvelles sur le thème du travail au Japon. Elles sont très différentes l'une de l'autre.

 

Le Jour de la Gratitude au Travail: Cette première nouvelle, je ne le cacherai pas, ne m'a pas emballée pour deux sous. La narratrice est une femme au chômage qui est un peu rentre dedans. Elle se voit participer à une rencontre arrangée pour trouver un mari. Rencontre à laquelle elle met un terme en quittant tout simplement l'appartement. J'aime beaucoup la fin de la nouvelle, lorsqu'elle trouve refuge à son bar fétiche et discute avec le patron. Comme quoi même quand tout va mal (ne pas être mariée à 36 ans cumulé avec le manque d'emploi, ce n'est pas bien vu au Japon) on peut retrouver de la quiétude auprès d'un ami ou dans un endroit apaisant. Ce qui ne m'a pas plus dnas cette nouvelle c'est le fait que les femmes ne sont pas bien considérées au travail.

 

J'attendrai au large: Cette seconde nouvelle est plus dynamique que la première. Elle raconte l'évolution professionnelle d'une japonaise et de son camarade de classe devenu collègue. Or ce dernier meurt et elle se doit d'honorer sa promesse (que je tairai ici ;)  ). Contrairement à la première nouvelle, les femmes sont admises au travail et y sont respectées par les hommes. Les personnages y sont très attachants et parfois rigolos.

Ce n'est pas un livre que je conseillerai pour découvrir la littérature japonaise (ou alors ne lisez que la seconde nouvelle !), mais j'ai tout de même passé un agréable moment.

challenge_In_the_mood_for_Japan