2070338088

Auteur : Alexandre Dumas
Année : 1849
  
     
Quatrième de couverture:
Au cœur des Carpates dans le sombre château de Brankovan, les princes Grégoriska et Kostaki s'affrontent pour conquérir la belle Hedwige. Or Kostaki est un vampire qui revient chaque nuit assouvir sa soif de sang auprès de la jeune femme devenue l'objet d'une lutte sans merci entre les deux frères.


Mon avis :

Tout d'abord, il ne faut pas se fier à la quatrième de couverture. A sa lecture on croit que le livre n'est que morsure et guerre entre deux frères.
Nous voici dons en pays moldave auprès de Grégoriska, Kostaki, leur mère et Hedwige. cette dernière était partie retrouver un certain couvent pour se protéger le temps de la guerre. A force d'évènements perturbant sa route, elle a dû faire escale dans cette famille hors du commun. La rivalité entre les frères s'apprend dès le début: ils n'ont pas le même père. L'un est le fils d'une union d'amour, l'autre d'une union "choisie" pour les convenances. Cette histoire est celle d'un triangle amoureux (si on ne compte pas la mère qui met la pression à notre pauvre héroïne) assez bizarre, mas qui se lit facilement. Bien que le livre soit extrêmement court, on a le temps de cerner les personnages. Quelques phrases ont suffit à l'auteur pout que nous puissions imaginer leurs caractères, penchants et goûts. Par contre je n'ai toujours pas compris si Kostaki était un vampire dès le début de l'histoire ou s'il l'est devenu suite à l'accident.
Nous sommes très loin des vampires sexy qui apparaissent dans la littérature en ce moment. Non. Nous avons là le bon vieux vampire, âme damnée, corps humain-zombie.

 

Ce livre est très court (101 pages), écrit très gros, donc se lit très vite. Hedwige nous raconte son histoire. Sur deux livres d'Alexandre Dumas que j'ai lu, cela fait deux où il utilise ce procédé. Est-ce un hasard ? Est-ce un style de prédilection de l'auteur ? Au moins, quand on lit l'histoire racontée, on est sûr d'une chose: la personne qui raconte n'est pas morte durant le récit. Du moins pas avant la presque fin du livre.

 

Je souhaite continuer ma découverte d'Alexandre Dumas que j'aime de plus en plus !!

000101_copie

Sur ce blog, du même auteur:
Pauline